En route vers l’Everest ! – Nic Dumesnil

Nic Dumesnil

Ce mois-ci, j’avais envie de vous parler d’un de nos petits derniers, parce que son parcours est tout simplement fou! Vous ne le connaissez peut-être pas encore… mais vous gagnerez à le découvrir avec nous.

Rencontré dans un petit café de Montréal il y a quelques semaines à peine, Nic, 29 ans, comptable agréé, beau garçon et voyageur invétéré (plus de 50 pays à son actif!) nous parle de son prochain objectif : le sommet de l’Everest!

Pas qu’un petit objectif me disais-je. Mais quel objectif fascinant!

Alors il est là, devant nous, calme, zen même, à nous raconter quelques-unes de ses aventures d’ascensions passées : une tentative de réanimation à 6,500m d’altitude, devoir retourner vers le camp de base alors que le sommet est à moins de 2 heures de marche, être pris dans un orage électrique sur un glacier… et à dresser un parallèle entre ces événements et notre quotidien à nous, simples mortels (!!), qui semble pourtant si naturel et vrai dans ses mots.

Au moment où vous lisez ces lignes, Nic est quelque part entre Katmandou (Népal) et le départ de son ascension.

1er objectif : le camp de base de l’Everest, prévu pour la mi-avril.

Alors qu’il cherchera de plus en plus son oxygène au cours des prochaines semaines, nous, nous aurons encore et encore le souffle coupé par ses magnifiques photos d’aventure! Toujours équipé de sa caméra, Nic a capturé tous ses derniers voyages avec un talent incroyable et un regard différent sur les cultures et les gens qu’il a rencontrés. Pour visiter 50 quelques pays en un seul endroit, c’est par ici et découvrir le monde un individu à la fois toujours dans l’objectif de Nic, c’est ici : http://onebigclan.com/

Vous trouverez également sur son site; son blogue, tenu à jour dès que possible, au fil des connections parfois rares.

Et nous, nous continuerons de vous tenir au courant.

Bonne journée à tous!

Pour en savoir plus sur les conférences de Nic, c’est ici!

Se rendre jusqu’au bout!

IMG Jusqu'au bout

Je ne sais si vous vous rappelez la chanson « T’es mon amour, je suis ta maîtresse » interprétée par Ginette Reno et Jean-Pierre Ferland. Ça vous revient? Vous la turlutez en ce moment, n’est-ce pas? Vous rappelez-vous la fin de la chanson? Ça se termine par : « Jusqu’au bout! » Ok, je comprends que le sens de la chanson n’est pas le même que celui dont je veux vous entretenir en ce moment, mais il y a quand même un lien à faire.

Dans votre  vie, avez-vous l’habitude de vous rendre jusqu’au bout de ce que vous commencez ou si vous abandonnez sans cesse? La réponse vous appartient. Mais cette réponse y est pour beaucoup dans le succès de votre démarche de perte de poids et de mise en forme.

Juste entre vous et moi, soyez honnête, vous rendrez vous à l’objectif que vous vous étiez fixé originalement ou si ce sera encore un projet avorté? Est-ce que, cette fois-ci, vous battrez les statistiques d’abandon (les vôtres) ou si rien ne changera? Vous seul pouvez le dire avec précision.

Vous savez, avoir la tentation d’abandonner est normale (surtout en ce moment, en plein temps des sucres). Elle fait même parti du processus d’accomplissement. Mais, succomber toujours à cette tentation est nocif pour l’estime de soi. Alors, cette fois-ci, pourquoi ne pas vous rendre, comme le dit la chanson, « jusqu’au bout » et savourez votre victoire.

Source image

Soyez extraordinaires!

IMG Soyez extraordinaires

La réflexion d’Hugo

En cette période d’austérité où nous entendons sur toutes les plateformes médiatiques que l’économie est en chute et que les temps sont durs, comment devons-nous réagir?

Voyons ici la question selon différents angles. D’abord, notre réflexe en période austère pourrait nous amener à mettre les freins, à s’arrêter. Alors que l’attitude à adopter est inverse. Chaque épreuve ou moment plus sombre doit être vu comme une occasion de se dépasser et de réussir là où les autres abandonnent.

En effet, quand les choses vont bien, nous n’avons pas à mettre autant d’efforts. Nous vaquons à nos occupations sans trop nous questionner et la routine s’installe. Ainsi, nous économisons nos énergies et nous gérons nos efforts. Tout cela est parfaitement normal.

Par contre, dans les moments difficiles ou en situation de crise, nous devons faire preuve d’initiative, de discipline, d’engagement, de persévérance. Nous devons surtout croire en notre capacité à saisir l’opportunité et à en faire une situation qui nous permettra d’exprimer notre plein potentiel.

Le succès demande de l’effort. Cet effort nous sort de notre zone de confort et nous pousse à vivre toute une panoplie d’émotions. Apprenons à utiliser ces bouleversements comme levier de changement et de dépassement, car au fond le succès par de soi.

Je vous laisse sur cette citation : la différence entre être ordinaire et extraordinaire, c’est l’extra. Soyez extraordinaire!

Hugo

Pour en savoir plus sur les conférences d’Hugo, c’est ici!

Source image

Votre élan vital

IMG Élan vital

Dans les derniers mois, ma conjointe et moi avons procédé à un agrandissement de notre maison. Et, au moment d’écrire ces lignes, je suis en train de regarder pour acheter une autre entreprise qui s’ajouterait à celle que j’opère déjà. Pourquoi, me direz-vous? C’est la question que nos proches nous posent chaque fois qu’on leur dit que nous avons un autre projet. Pourquoi agrandir? Votre maison est déjà assez grande et vos enfants ont quitté la maison. Et là, ils nous disent, pourquoi une autre entreprise? Vous n’êtes pas assez occupés comme ça? Nos réponses sont toujours les deux mêmes : Pourquoi pas? Et: Pour avoir du fun!

L’auteur, conférencier et ami Marc Fisher, appelle ça « l’élan vital ».

C’est difficile à expliquer. C’est quelque chose qui se passe en dedans de nous et qui nous pousse à passer à l’action. Certains diront que c’est de la folie et d’autres se questionneront sur la pertinence de ces actions qui, pour eux, semblent inutiles. Je ne peux l’expliquer, mais c’est comme ça. J’ai toujours envie de me dépasser, de passer à l’action, d’innover. Je ne suis pas le seul. Il y a plein de gens comme ça.

C’est sûrement ce même « élan vital » qui pousse oncle Jacques Villeneuve, même à son âge, à continuer de faire des courses de motoneige ou qui a poussé Mylène Paquette à traverser l’Atlantique à la rame.

Je ne sais pas pour eux (mais je suis convaincu qu’ils ressentent la même satisfaction que moi), mais j’éprouve un énorme plaisir à me laisser guider par cet élan intérieur. Si je ne l’avais pas fait, je serais probablement à la même place qu’en 1988, tout juste avant que je décide de vendre ma première entreprise pour en partir une autre.

Vous aussi possédez ce même « élan intérieur ». C’est votre « feeling », votre petite voix, votre ange gardien ou appelez-le comme vous voulez et, si vous ne vous laissez plus bloquer par votre logique et décidez de le suivre, vous vivrez de grands moments d’exaltation.

Bon succès!

Source image

Gaétan Frigon, Né Dragon!

Ne_dragonPas plus tard que la semaine dernière, je réentendais pour la xième fois, l’excellente conférence « S’adapter ou crever » de M. Gaétan Frigon. Immédiatement, ça m’a donné le goût de replonger dans son livre « Gaétan Frigon, Né Dragon ». Je l’avais lu l’an dernier et ça m’avait vraiment motivé. J’ai donc décidé de le relire.

Dans un langage clair et direct, M. Frigon explique les concepts d’une réussite garantie en affaires. Vous voulez réussir en affaires? Lisez Né Dragon!

La folie, selon Einstein.

Einstein

Dans mon dernier PepTalk sur la route, j’avais mis une courte vidéo de moins de deux minutes dans laquelle j’expliquais que la ténacité sans la compétence ne servait pas à grand chose.

Faut croire que j’ai éveillé l’intérêt de bien de gens avec mes propos. J’ai reçu plusieurs « like » et commentaires comme quoi « c’était donc vrai! ».

Le plus percutant, c’est celui de M. Denis Girard, DG d’un Centre Financier aux Entreprises de Desjardins qui reprenait une phrase célèbre de Albert Einstein qui dit: « La définition de la folie, c’est de refaire toujours la même chose et d’espérer des résultats différents ». Et Vlan! Quoi de plus clair et direct!

J’aime bien aussi cette autre citation (je ne sais pas de qui elle est): « Certaines personnes qui travaillent depuis dix ans au même endroit, n’ont pas nécessairement dix ans d’expérience. Ils ont peut-être dix fois, un an d’expérience. »

Tout ça pour dire que la ténacité ne sert à rien si vous ne faites pas les bonnes choses pour arriver au succès.

Avant de poser encore et encore les mêmes actions, posez-vous la question. « Est-ce la bonne action à poser? » Si oui, GO et ne lâchez pas. Si non, passez à autre chose.

La fin de l’hibernation

image_hibernation

Le mois de mars est le mois qui annonce la fin de l’hibernation pour certains d’entre nous et l’arrivée du ski de printemps pour les amoureux de l’hiver.

Que vous soyez du type à subir l’hiver ou du type qui en profite, le printemps est pour tous une période d’éveil et d’énergie instantanée qui jaillit en nous.  Je suis une passionnée de l’hiver même si je déteste le froid.  Je remarque les petites choses que chaque journée m’apporte, que ce soit le bruit que la neige fait sous mes pas, le son de mes skis sur la neige du printemps ou les petits oiseaux qui nous annoncent l’arrivée des beaux jours.

Je vous mets au défi de trouver une chose positive à chaque jour que l’hiver nous offre.  Oui, il y a le lot des tracas du quotidien de l’hiver, mais pourquoi subir ce qu’on ne peut pas contrôler ?  Il faut remarquer ce qui est beau et le reste sera mis de côté rapidement.  Au printemps, vous direz certainement que les aspects positifs sont plus faciles à trouver, mais il suffit de s’y attarder à chaque jour pour se rendre compte qu’il y a du positif à TOUS LES JOURS DE L’ANNÉE!

Alors, soyez attentif, remarquez la nature qui s’éveille…

Source image

Bien manger au bureau en toute simplicité!

Image manger au bureau

Mars est le mois de la nutrition, cette année l’ensemble des nutritionnistes se regroupent pour donner des astuces pour mieux manger au bureau. Pas toujours facile de manger sainement avec les horaires chargés et les nombreuses tentations des restaurants environnants. 5 conseils pour bien manger de 9h à 17h.

  1. Faîtes votre lunch au moins 3 fois par semaine

C’est clair qu’en préparant sa boîte à lunch, on peut miser sur la juste quantité et mettre de l’avant les ingrédients de qualité. Inspirez-vous des lunchs proposés dans les livres Kilo Cardio pour des idées santé.

  1. Apportez des collations pour résister aux machines distributrices

Je recommande de manger 3 repas et 2 collations par jour pour être au sommet de votre forme. Les collations idéales seront composées de glucides, mariés à des protéines. Par exemple: un fruit avec un morceau de fromage ou encore des crudités avec quelques noix. Pensez aussi à mes collations contrôlées en calories Kilo Solution disponibles dans tous les IGA.

  1. Faites les bons choix au restaurant

Que l’on opte pour un resto chinois, italien, grec, français ou autres… il est possible de faire le bon choix. Si les visites au resto sont fréquentes, il est d’autant plus important d’être raisonnable en limitant les repas trop gras et/ou trop riches en glucides. Les meilleurs choix? Les entrées de soupes ou salades mixtes et les repas composés de viandes maigres, légumes et féculents sont parfaits. Profitez-en pour manger du poisson grillé et oubliez le dessert qui ne fera que miner votre niveau d’énergie en après-midi!

  1. Apportez votre bouteille d’eau

Plusieurs négligent de boire suffisamment avec comme résultat un manque de concentration et des migraines. Apportez votre eau et ajoutez des quartiers d’agrumes pour jazzer le tout.

  1. Apprendre à résister aux tentations

Une table garnie de croissants et muffins pendant une conférence au petit déjeuner, la vente de chocolat pour une activité bénéfice, le pot de bonbons sur le bureau de la réceptionniste… les tentations ne manquent pas. Pourtant, en succombant trop souvent c’est le tour de taille qui prend de l’expansion. Pensez aux objectifs santé que vous vous êtes fixés pour l’année et aux choix que vous devez prendre au quotidien pour y arriver. Savoir résister, c’est prioriser la santé et le choix est définitivement gagnant!

Source image