On fait de la place au nouveau!

IMG Edito Nouveau

C’est la tradition, au printemps, on fait le grand ménage, on fait de la place pour du nouveau. Ah le nouveau, ça sonne toujours si bien, si excitant, si parfait. Le nouveau, ça change du vieux, de la routine, de la poussière. Mais le nouveau, ça ne règle pas tout, tout de suite. Faut laisser le temps au nouveau de faire sa place, prendre sa forme et prendre son rythme.

Vous vous souvenez que je vous ai dit que je m’entraînais pour un 10km ce printemps ? Dans moins d’un mois maintenant et comme je me contentais de courir 5km semi-régulièrement depuis quelques années, je n’ai pas eu le choix d’augmenter la cadence dans les derniers mois, ce qui était l’objectif premier de cette course. J’en profite d’ailleurs pour saluer notre magnifique printemps, chaud et si exempt de pluie, de même que mes super chaussures, qui n’en portent pas du tout les traces. Traces qui, au fil des kilomètres et des intempéries, m’ont malheureusement forcées à les abandonner. Non sans un petit plaisir, je suis allée m’en magasiner des neuves qui allaient pallier aux faiblesses des anciennes ; plus de coussin ici, moins de largeur là, toujours aussi légères SVP. Je me voyais déjà franchir avec facilité les 10km du jour au lendemain.

Heureusement, j’ai décidé de la jouer intelligemment et de reprendre le rythme tranquillement avec ces nouvelles chaussures. Je vous avoue que c’est plate, quand depuis 3 mois tu vises courir plus vite et plus loin chaque fois, de te limiter soudainement à une cadence plus lente, et à des distances déjà acquises. Mais c’était essentiel. Chaque pas que je fais a un impact sur mon corps en entier et je ne peux juste pas prendre pour acquis que ces nouvelles chaussures allaient réagir pareil comme les anciennes. J’ai dû réhabituer mes pieds, mes chevilles, mes tibias, mes mollets, mes genoux, mes cuisses, à courir « différemment ». Ça fait donc 2 semaines qu’après chaque course je suis courbaturée à un endroit différent. Comme je le disais, le nouveau, ça ne règle pas tout, tout de suite. Faut laisser le temps au nouveau de faire sa place, prendre sa forme et prendre son rythme… pour mieux se remettre à courir.

Rebondir!

Superball

Lorsque j’étais enfant, les gens dans la cinquantaine s’en rappelleront, nous avions tous une « superball ». C’était une balle noire, en caoutchouc haute densité, très dure, un peu plus grosse qu’un balle de golf et qui avait la particularité de rebondir beaucoup plus que les autres balles de l’époque.

Mes chums et moi (on jouait à la balle à l’époque) s’organisions une sorte de compétition non-officielle qui consistait à faire rebondir la « superball » le plus haut possible. Vous auriez dû nous voir prendre notre élan pour lancer la balle par terre afin qu’elle rebondisse le plus haut possible. Évidemment, plus on la lançait fort par terre, plus elle rebondissait haut. Croyez-le ou non, parfois elle rebondissait plus haut que le mur de l’école qui faisait trois étages. Quand même!

Comme je n’ai pas l’habitude d’écrire des chroniques sur les balles mais bien sur la motivation, j’arrive à l’essentiel, mais je suis certain que vous avez déjà fait le lien.

Chacun de nous, à quelques ou plusieurs reprises dans notre vie, rencontrons différents obstacles. Perte d’emploi, non-renouvellement de contrat, maladie grave, peine d’amour, accident, etc, ça nous arrive tous  à un moment ou à un autre. Quand ça survient, on se sent complètement découragé, isolé et écrasé par cet évènement que nous considérons injuste, c’est normal.

Je me permets une petite suggestion. Lorsque vous recevrez comme on dit, une « bonne tape sur la gueule », pourquoi ne pas faire de cet évènement « non voulu », un évènement « superball »? Je le sais, c’est enfantin, mais je vous le recommande quand même.

Il s’agit simplement de vous dire que même si la situation n’est pas rose en ce moment, on finit toujours par rebondir comme une « superball ». C’est simple! Il faut avoir le réflexe de « voir » dans votre tête que plus vous frappez le sol avec virulence et plus vous rebondissez haut et que plus le revers est grand, plus il vous donne de l’énergie pour rebondir. Vous ne savez pas comment ni quand ça va se produire, mais vous allez rebondir, ça c’est certain.

Rebondir est l’un des plus grands principes de la physique. Au baseball, plus le frappeur frappe la balle fort et au bon endroit et plus elle ira loin. C’est la même chose au golf, etc. Tout ce que est frappé avec force rebondit avec autant de force.

Si vous vivez actuellement une situation difficile, peu importe laquelle, imaginez que vous lancez une « superball » avec force par terre et voyez-là rebondir à des dizaines de mètres de haut. Ça, c’est vous dans quelques temps. Vous allez rebondir tellement haut et fort que vous ne vous souviendrez plus de tout ce qui vous est arrivé. C’est une des lois de la vie et elle est incontournable!

Bon rebond!

Source image : superbe oeuvre de Pierre Ardouvin, Pour mieux rebondir…, 1995.
Photo Pierre Ardouvin ©Pierre Ardouvin ADAGP

Jérémy Demay. Vous le connaissez peut-être? C’est ce grand (et pas à peu près: 6.5 pi) français qui présente un spectacle d’humour dont le titre est: « Ça arrête pu d’bien aller!

Lorsque j’ai entendu parler qu’il avait aussi écrit un livre, j’avoue que j’ai été un peu étonné. C’est parce que je ne connaissais pas son histoire.

Bref, quelques semaines plus tard, en me promenant chez le libraire, curiosité aidant, je n’ai pu m’empêcher de feuilleter La Liste.

Honnêtement, j’ai été séduit dès le départ. J’ai d’abord appris que Jérémy a traversé une profonde dépression à la fin des années 2000 et qu’il a dû se rebâtir une estime de soi solide afin de continuer sa quête du bonheur.

Sans aller dans les détails, je préfère vous les laisser découvrir, je vous dirais que La Liste se lit comme un livre-outil. Au début, il nous parle un peu de lui et après cela, sans prétention, il nous fait parcourir sa liste de trente essentiels pour vivre heureux.

C’est simple, mais en même temps, ça fait du bien. En aucun temps l’auteur ne nous fait la morale, il ne fait que nous accompagner, dans sa liste, avec des post-it, des phrases de gens célèbres et ses réflexions issues de son expérience personnelle. Effet positif garanti!

Bref, vous avez le cafard à l’occasion? Avec La Liste comme livre de chevet, vous finirez par vous dire vous aussi que: « Ça arrête pu d’ben aller! »

Bonne lecture!

Source image : Archambault