Les vertus du cold call

« Vous devrez faire de la sollicitation directe, du « cold call ».

C’était comme si je venais d’annoncer à ce candidat-vendeur que, quotidiennement, il devrait étendre dix voyages de terre à la petite pelle…

Cette scène se passait il y a vingt ans, lors d’une entrevue de sélection avec un candidat dont le CV vantait abondamment ses qualités de vendeur et de développeur. Il sembla très déçu et le mot est faible, lorsque je lui annonçai que le poste disponible consistait surtout à faire de la sollicitation directe.

En savoir plus

La vente quand les temps sont durs

Conférenciers Québec, Formation, Motivation et Team Building - Formax - La vente quand les temps sont dursL’économie, comme la nature, est soumise à des cycles. Si vous avez quelques décennies d’expérience, vous connaissez très bien ce phénomène tout à fait normal. C’est comme les marées ou les cycles lunaires.

Dans le monde des affaires, les cycles « négatifs » peuvent faire peur à ceux qui sont mal préparés ou à ceux qui ne veulent pas changer leurs manières de faire.

En savoir plus

Présentez votre produit avec brio

Conférenciers Québec, Formation, Motivation et Team Building - Formax - Présentez votre produit avec brio

L’autre jour, en zappant, je me suis retrouvé sur une chaîne qui présente des infopublicités et plus précisément, au moment où un chef cuisinier (Chef Tony) nous présentait ses couteaux Miracle Blade. Peut-être l’avez vous déjà vu?

Sa présentation était tellement dynamique que je l’ai regardée jusqu’à la fin et oui, je m’en confesse, j’ai acheté les couteaux Miracle Blade!

C’est vrai que le style de vente est très « américain ». Mais, mis à part cela, je vous assure qu’au point de vue « vente », le Chef Tony fait de l’excellent travail. Examinons cela de plus près.

En savoir plus

Voir le potentiel ou les limites

Tout le monde connaît la vieille anecdote de la compagnie de souliers qui envoya, en Afrique, deux vendeurs pour développer le marché local.

Après une semaine, l’un deux déclara piteusement à ses patrons qu’il n’y avait aucun développement possible parce que « personne ne porte de souliers en Afrique », tandis que l’autre téléphona à ses patrons et s’écria avec enthousiasme qu’il y avait des possibilités remarquables parce que « personne ne porte de souliers en Afrique ». En savoir plus