SUR LA ROUTE : Entrevue avec Pierre-Olivier Zappa (Déjouer la pénurie de main d’œuvre)

Pour cette nouvelle entrevue « Sur la route », Guy Bourgeois, conférencier, formateur, motivateur et Président de Formax reçoit Pierre-Olivier Zappa, nouveau conférencier chez Formax et animateur économie et finances, afin qu’il nous partage ses idées pour déjouer la pénurie de main d’œuvre.

Aujourd’hui, on rencontre une figure de plus en plus présente, du moins dans la dernière année, sur nos petits, moyens et grands écrans. Il a été chef d’antenne à TVA/LCN, animateur d’émissions à vos affaires et il a vulgarisé à peu près toutes les normes gouvernementales durant la pandémie. Pierre-Olivier Zappa, bienvenu dans l’équipe Formax ! Puisque tu es spécialiste économique et que tu as une bonne image de ce qui se passe dans le monde des affaires, j’aimerais que tu nous partages tes suggestions pour déjouer la pénurie de main d’œuvre que toutes les entreprises vivent actuellement.

C’est fascinant de voir à quel point ce problème-là, durant la pire récession de l’histoire moderne – la pandémie – a pris des proportions stratosphériques. Qui aurait pu s’attendre à ce qu’on vive un ralentissement économique inédit, mais qu’en même temps, pendant que le taux de chômage atteignait des sommets, les entreprises éprouveraient des problèmes de recrutement dans des secteurs où on n’avait jamais vécu cette pénurie de main d’œuvre ?

Ça a été la tempête parfaite au cours des derniers mois. À la fois les aînés, les pré-retraités ou encore les retraités, qui continuent à être actifs sur le marché du travail, ont décidé de se retirer, souvent pour des raisons de sécurité, à la fois les plus jeunes, qui ont bénéficié parfois de subventions, de programmes d’aide, ont, eux aussi, choisi de se retirer du marché du travail. Certains ont décidé de retourner aux études ou d’entamer de nouveaux projets. Et, puis il y a des secteurs où c’était quasi impossible de recruter parce qu’on a fermé les valves de l’immigration pendant plusieurs mois et où on comptait beaucoup sur les travailleurs étrangers.

Il y a eu cette tempête parfaite qui a explosé dans nombre de secteurs et pas seulement au Québec, partout à travers le monde. Donc, c’est très déstabilisant pour des entrepreneurs qui n’avaient pas nécessairement de plan de match, qui n’étaient pas préparés à affronter ce genre de défi. Et ces gens-là doivent rapidement trouver des solutions.

Justement, est-ce qu’il y a des pistes de solutions ? Je sais que tu parles à beaucoup de gens, à des entrepreneurs qui sont innovants, qui ont des idées parfois hors du commun. As-tu des solutions à proposer ?

C’est ce qui me fascine, Guy, lorsque je parle à des entrepreneurs, et autant des chefs de multinationales ou encore de PME. Je vais te donner spontanément deux exemples.

Serge Godin, le co-fondateur de CGI, qui est président-exécutif aujourd’hui, m’a dit, il y a quelques années, « Notre objectif, c’est de doubler la taille de CGI ». Et, pour ceux qui ne connaissent pas CGI, c’est un peu comme Microsoft au Québec, c’est un géant des technologies de l’information. J’ai demandé à Monsieur Godin « Mais, comment entendez-vous doubler la taille de votre force de travail ? Comment recruter plus de 70 000 employés au cours des 10 prochaines années ? » Et il m’avait dit « La réponse est simple; on va demander à chacun de nos employés actuels de trouver un autre employé et comme ça, ça va fonctionner. Est-ce que ça passera par des incitatifs, est-ce qu’on aura des programmes de récompenses ? L’objectif est de convaincre chacun de nos employés à l’intérieur de l’entreprise d’aller recruter un proche, un ami, un ancien collègue. » Et Serge Godin ne semblait pas, du moins à l’époque, très inquiet par rapport à cette pénurie-là.

Et là, tu te tournes vers une PME et là je vais prendre l’exemple d’un concessionnaire de machinerie lourde de la Rive-Sud de Montréal, Vogel, qui cherchait désespérément des mécaniciens de machinerie lourde. Et ça, c’est assez rare en ce moment sur le marché de l’emploi. Pour se démarquer, cette entreprise-là a lancé un concours. « Vous réussissez à trouver le candidat qui va décrocher le poste et on vous offre un forfait-voyage tout inclus dans le Sud. » Évidemment, c’était avant la crise sanitaire ! Donc, de cette façon-là, l’entreprise, en lançant se concours et en le médiatisant sur les médias sociaux notamment, a réussi à trouver rapidement ses 4 mécaniciens et ça a même coûté moins cher que d’embaucher une firme de chasseurs de têtes.

Il existe des façons extrêmement originales et créatives de s’inspirer de ces initiatives-là pour trouver des solutions.

Évidemment, dans notre quotidien aussi, on est appelé à voir les effets de cette pénurie de main d’œuvre.

Je vais donner un autre exemple. Je suis actuellement dans Lanaudière, à la maison de campagne, et, hier, je devais aller à Saint-Jean-de-Matha et là j’ai eu un petit creux et je me suis arrêté dans un restaurant de Fastfood. Lorsque je suis arrivé, il y avait une belle pancarte sur laquelle il était inscrit : « Étant donné la pénurie de main d’œuvre et notre incapacité à recruter des caissiers et des caissières, on vous invite à commander sur notre tableau électronique. »

Alors, dans notre expérience de client, à tous les jours, on ressent de plus en plus les effets de la pénurie de main d’œuvre. Que ce soit à travers notre expérience ou que ce soit à travers la facture, parce qu’évidemment, si les entreprises doivent débourser davantage, que ce soit pour donner des avantages ou bonifier la rémunération des employés, c’est le consommateur ou le client qui va devoir mettre la main dans sa poche.

Certains experts, Pierre-Olivier, disent qu’une partie de la solution de la pénurie, c’est aussi une certaine flexibilité avec les personnes âgées. On le voit, entre autres, dans le commerce de détail, dans certains magasins, quincailleries ou autres. On y voit souvent des personnes plus âgées et qui ont de l’expérience. Il y a donc aussi une ouverture avec les personnes âgées et qui ont peut-être un trois jours par semaine à donner. Ça aide tout le monde !

Et, c’est une expertise qui est inestimable, Guy. Je te parle, en ce moment, à partir d’un gazébo que j’ai construit moi-même. C’était mon projet du printemps dernier. Et, heureusement, j’ai pu compter sur l’expertise des conseillers de la quincaillerie du village, qui ont tous 60-65 ans et plus, qui ont travaillé dans le domaine de la construction, qui sont à la retraite et qui sont à 3-4 jours/semaine. Ce sont ces conseillers-là qui m’ont expliqué comment poser du bardeau sur mon toit ou encore comment m’assurer que la structure qui soutient le gazébo est assez solide. Et, c’est grâce à eux que je suis retourné à cette petite quincaillerie de village et que je n’ai pas acheté mes matériaux ailleurs.

Pour une entreprise, ces travailleurs expérimentés-là ont souvent une valeur inestimable et sont aussi des employés d’une autre génération qui n’ont pas le même rapport au travail et à l’emploi. Ce sont des gens qui sont extrêmement fidèles. Je ne suis pas en train de dire que les milléniaux ne sont pas fidèles, mais ils ont un rapport qui est différent avec le travail et avec leur employeur et leur patron.

Il y a aussi d’autres bassins de main d’œuvre que je pourrais te mentionner, par exemple les personnes qui doivent composer avec un handicap et qui sont souvent sous-estimés par les entreprises. Ces gens-là ont souvent des capacités incroyables à développer, à perfectionner et à mettre en œuvre au sein des entreprises. Je suis toujours encouragé lorsque je me déplace dans une entreprise pour réaliser une entrevue ou un reportage et que je vois cette diversité au sein de la main d’œuvre. Je me dis qu’il y a là une compréhension que le défi de la pénurie de main d’œuvre passe par des solutions qui sortent de l’ordinaire.

Il y a un paquet de pistes de solutions finalement. Évidemment, tu pourras en parler beaucoup plus dans une conférence que tu prononces sur le sujet, dès cet automne ! Merci Pierre-Oliver de ton temps et tes idées !

Bon succès !

Guy Bourgeois

Découvrez les conférences dans la même thématique

Bien manger : pour un système immunitaire fort

Conférenciers Québec, Formation, Motivation et Team Building - Formax - Bien manger : pour un système immunitaire fort

Bien manger : pour un système immunitaire fort

Il n’existe pas d’aliment ou de supplément secret pour vous protéger de la COVID-19 ou de tout autre virus. Cependant, oui, lorsqu’on mange « bien » on permet à notre système de défense naturelle d’être plus fort.

Alors, bien manger, ça signifie quoi ?

En avril 2020, au tout début de la pandémie, nous nous étions entretenus avec notre conférencière et docteure en nutrition, Isabelle Huot dans le cadre de notre chronique « Comment ça va ? ». Lors de cette rencontre, elle nous avait, entre autres, donné quelques conseils afin de nous aider à bien nous alimenter pour renforcer notre système immunitaire.

Revoici donc les 5 principaux conseils à retenir :
  1. Faites le plein de vitamines qui jouent un rôle sur l’immunité telles que les vitamines A et C, à même les aliments que vous consommez.  Miser sur une alimentation variée et équilibrée. Un supplément de vitamine D, à raison de 1000 UI par jour est aussi conseillé.
  2. Consommez quotidiennement des sources de probiotiques pour nourrir les micro-organismes dans votre intestin. Le kéfir et certains yogourts sont de bonnes sources de probiotiques qui alimenteront votre flore intestinale.
  3. Choisissez les grains entiers ! Les fibres sont la nourriture préférée des bons micro-organismes dans votre intestin.
  4. Mangez des aliments que vous aimez ! En période de changement, de confinement ou en tout autre situation qui provoque un stress, ce n’est pas le bon moment pour se mettre au régime. Faites-vous plaisir, oui, mais soyez raisonnable. Vous pouvez vous accorder un petit extra de temps à autre, mais assurez-vous de conserver une certaine structure.
  5. N’oubliez surtout pas de boire de l’eau. Souvent, on peut croire qu’on a faim, alors qu’en réalité on a soif. Alors, la prochaine fois que vous aurez une « fringale », commencez donc par boire un bon grand verre d’eau !

Découvrez nos conférences ayant pour thématique : la nutrition

Toutes ces conférences sont présentées par Isabelle Huot, docteure en nutrition

  • Mieux manger pour mieux performer, en tout temps
  • La santé par une alimentation gagnante !
  • Faire l’épicerie sainement
  • Bien se nourrir au féminin
  • Motivation + Alimentation = Un succès garanti ! (en duo avec Guy Bourgeois)

Savoir gérer son temps, mais aussi son énergie!

Par le passé, en raison de l’asymétrie de l’information, l’expert était en mesure de fournir un avantage indéniable à sa clientèle. Aujourd’hui, grâce aux technologies de l’information et de la communication, le client en connaît davantage sur les caractéristiques d’un produit ou d’un service, ce qui tend à diminuer la valeur ajoutée dudit expert. Or, le savoir est nécessaire, mais non suffisant pour atteindre l’excellence. Plus que jamais, le développement d’habiletés relationnelles comme la communication, la capacité d’écoute et l’empathie, ainsi qu’une bonne autogestion au quotidien sont essentiels pour se démarquer de la concurrence. J’ai donc envie de vous parler de la gestion de l’énergie, un concept fort pertinent, mais très peu abordé.

Le glucose sert de carburant au cerveau

Le glucose est une sorte de sucre que l’on retrouve notamment dans le pain, les pommes de terre, les fruits, les jus et le miel. Un adulte de poids normal a besoin d’environ 200 g de glucose par jour, dont les deux tiers sont absorbés par le cerveau afin de veiller à son bon fonctionnement. Des études montrent qu’une carence en glucose peut nuire à l’attention, à la mémoire et à l’apprentissage.

Par exemple, en analysant plus de 1 100 verdicts rendus par des juges concernant une demande de libération conditionnelle, on a découvert que le moment de la journée où le prisonnier présentait sa requête était un facteur déterminant. Par exemple, un prisonnier qui se présente devant le juge en début de journée ou au retour du dîner a plus de chances d’obtenir sa libération conditionnelle comparativement à celui qui passe juste avant la pause du matin ou encore à partir du milieu de l’après-midi! Comme il est plus simple pour un juge de garder le détenu en prison, il s’agit de l’option par défaut. Pour justifier sa libération, le juge doit être rigoureux dans son processus et solliciter de façon plus accrue ses capacités attentionnelles. C’est alors que les réserves de glucose deviennent un facteur clé.

Moment Probabilité d’avoir gain de cause
Début de la journée 65 %
Avant le lunch 20 %
Au retour du dîner 60 %
En fin de journée 10 %
Source : Colin Robertson, Decision Fatigue – Why making decisions drains your willpower, 25 novembre 2014.

Pour les curieux, je propose une nouvelle conférence intitulée Le coffre à outils – tout ce dont vous avez besoin pour faire la différence! Basée sur mon expérience d’arbitragiste-actions (trader) et d’entrepreneur ainsi que sur de nombreuses lectures et formations en comportement humain, la conférence porte sur la maîtrise d’une série de notions critiques semblables à celle décrite ci-haut. Il sera donc notamment question de la gratification différée, de l’aversion aux pertes et du mythe du multitâche. Mon seuil conseil : assurez-vous d’avoir le ventre bien plein avant la conférence, sans quoi vous risquez de ne pas en tirer pleinement parti!

Source:
European Food Council, Le glucose et les performances intellectuelles, Food Today, août 2013.

Le secret de la vie selon Steve Jobs

Pour toutes ces personnes autour de nous; nos amis, notre famille, parfois même nous, qui doutent d’elles-mêmes ou doutent de l’avenir. Qui ont parfois peur, qui hésitent à se lancer ou qui pensent même qu’elles ne créent rien ou de valent rien… Il est important de se rappeler l’essence du message ici livré par Steve Jobs.

La vidéo a été repartagée hier sur Facebook et j’ai eu envie de vous la partager à mon tour.

Voici grosso modo ma traduction française :

Quand on grandit, on à tendance à se faire dire que le monde est comme il est et que votre vie consiste à vivre votre vie dans ce monde, en essayant de ne pas trop heurter les murs… essayer d’avoir une vie de famille agréable, avoir du plaisir, économiser un peu d’argent… C’est une vie plutôt limitée.

La vie peut être tellement plus large que ça!

Lorsque vous découvrez un fait tout simple… et c’est que tout ce que vous considérez autour de vous comme étant le monde a été créé par des gens pas plus intelligents que vous! Et vous pouvez le changer, vous pouvez l’influencer, vous pouvez bâtir vos propres choses que les autres pourront ensuite utiliser.

La minute où vous comprendrez que vous pouvez influencer le monde et que si vous le poussez un peu, quelque chose en naîtra de l’autre côté, que vous pouvez modifier, adapter… C’est probablement la chose la plus importante! De brasser cette notion erronée que le monde est là et que vous avez juste à vivre dedans au lieu de le prendre et de le changer, l’améliorer, y laisser votre marque. Une fois que vous saurez ça, vous ne serez plus jamais le même.

– Steve Jobs

Source : MATEUSZ M (http://www.mateuszm.com/)

Couverture Le Code Québec

Selon Elvis Gratton, nous sommes des Françaas, d’Amaric du Nord, francaphones, Québécois, Canayens … et j’en passe. Ça, c’était dans les années 90.

Aujourd’hui, avec beaucoup plus de sérieux et de professionnalisme, Jean-Marc Léger, Jacques Nantel et Pierre Duhamel ont colligé des centaines de sondages pour accoucher d’un portrait très réaliste et surprenant de ce que nous sommes vraiment.

Si vous êtes en affaires ou dans la vente, « Le Code Québec » renferme une mine d’informations essentielles pour vous aider à comprendre les attitudes, habitudes et comportements de la « bibitte » québécoise que nous sommes.

Je vous suggère donc d’investir un peu de votre précieux temps pour dévorer cette bible qui laissera sa trace, autant que « Les 36 cordes sensibles des Québécois » de Jacques Bouchard paru dans les années 70.

Bonne lecture!

 

Prêt, pas prêt ?

Conférenciers Québec, Formation, Motivation et Team Building - Formax - Prêt, pas prêt ?

Rebonjour !

Je sais que vous êtes impatients de savoir comment s’est passé ma fameuse course à Ottawa le week-end dernier !! Non, sérieusement, depuis le mois dernier, je me dis que l’édito de juin sera facile à composer, car je parlerais de la dont belle réalisation tant attendue de mon objectif! J’étais bien confiante! Eh bien, je dois avouer un peu honteusement que j’ai plus ou moins envie de vous en parler aujourd’hui. J’ai cherché d’autres sujets, mais on aurait dit qu’ils me ramenaient tous à ça, bien malgré moi.

La fameuse course a été difficile, très difficile… En savoir plus

Livre Le pouvoir du moment présent

Suggestion lecture du mois : Le pouvoir du moment présent

Ce mois-ci, j’ai mis de côté mon esprit cartésien et businessman pour faire une petite incartade dans le monde du pouvoir de l’esprit et du moment présent.

Si vous êtes analytique comme moi, vous serez peut-être un peu déstabilisé dans les premières pages, mais si vous persévérez dans votre lecture, vous vous laisserez rapidement imprégner par les écrits de Eckhart Tolle.

Comme l’auteur le vulgarise très bien avec ses exemples percutants, le pouvoir de notre esprit est indéniable et en apprenant à vivre dans le « moment présent » nous lui donnons une puissance incommensurable.

Bonne lecture!

Source de l’image