Entrevue avec Marie-Pier Desharnais : Les doutes

Pour cette nouvelle entrevue avec l’un de nos conférenciers, Guy Bourgeois, conférencier, formateur, motivateur et Président de Formax, reçoit notre toute nouvelle conférencière : Marie-Pier Desharnais, alpiniste de haute altitude et experte en gestion de catastrophes et continuité des affaires afin de parler de doutes.

Il y a quelques mois, tout le monde au Canada et principalement au Québec avons entendu parler d’une jeune québécoise qui a réalisé un exploit extraordinaire, soit de gravir le 2e plus haut sommet du monde : le K2. Nous sommes heureux de l’accueillir dès maintenant au sein de notre belle équipe de conférenciers.

ENTREVUE

Bonjour Marie-Pier ! Actuellement, tu es au Québec pour une série de conférences et nous sommes bien contents de t’avoir avec nous.
Dans nos capsules avec nos conférenciers, nous abordons généralement un sujet exploité par notre invité. J’aurais donc envie que tu me parle de doutes. Nous avons tous des doutes en tant qu’être humain, en notre travail ou en nous-même. À travers tes expériences en montagne, j’imagine que tu as dû avoir des doutes et avoir envie d’abandonner à différents moments. Comment fait-on pour passer au travers ces doutes ?
Le doute est le plus grand obstacle dans la poursuite de nos objectifs et de nos rêves. L’un des facteurs qui est prédominant, qui s’installe et qui donne lieu aux doutes, c’est la peur. Je trouve que la peur est le plus grand obstacle entre soi et l’atteinte de nos rêves. Et si on arrive à aller au-delà de nos peurs – qui sont de pures constructions mentales quand on y pense – alors nos rêves les plus fous sont à portée de mains.

Il faut donc être en mesure de faire abstraction de ces petites voix négatives dans notre tête et garder le focus sur nos objectifs. Il faut rester positif et engagé, demeurer dans l’action et en symbiose avec nos défis.

Quand tu arrives à endurer la douleur et à gérer tes émotions, lorsque le déclic se fait dans ta tête, c’est là que tu arrives à des résultats hyper positifs. Et je pense que l’une des meilleures façons d’éliminer le doute et d’éliminer la peur, c’est par une bonne préparation mentale.

Évidemment, dans un défi physique comme le K2, la préparation physique est primordiale, mais la préparation mentale est ce qui va t’aider à aller au-delà.

Souvent, dans des situations difficiles, lorsqu’on pense qu’on est rendu au bout du rouleau, dans les faits on est peut-être juste à 50% de ce qu’on est réellement capable. Il reste donc un autre 50% « de gaz ». Et si on est capable d’aller chercher, puiser dans cette réserve-là et faire fi du doute, alors là, « the sky is the limit ! »

Évidemment, ça prend aussi une vision claire de ce que tu veux atteindre. Je dis toujours qu’il faut des rêves et rêver toujours plus grand. Il faut aussi avoir confiance en soi et en notre capacité à atteindre ces rêves. Parce qu’au final, il n’y a que toi qui te connaît réellement. Pas ton voisin, pas ta famille, pas tes amis.

Malheureusement, c’est souvent de notre entourage que viennent les mots de découragement et les doutes. Et quand tu entends les gens qui sont sensés te connaître t’émettre des petits commentaires négatifs, c’est sûr que ça n’aide pas et que le doute s’installe. Il faut donc faire abstraction de ces bruits-là, même si ça vient de personnes proches. Il n’y a personne qui sait mieux que toi ce dont tu es capable d’accomplir.

Souvent, ces gens-là émettent des commentaires qui nous font douter parce qu’ils nous aiment et ne veulent pas qu’il nous arrive un malheur. Alors, pour rester focus, est-ce qu’une athlète de haut niveau comme toi se répète mentalement des affirmations positives ou bien tu te concentres plutôt sur tes actions et tes gestes.

Les deux ! Premièrement, se parler, regarder d’où on est parti et se renforcer avec ça. Souvent on se compare aux gens meilleurs que nous et on se trouve mauvais et on doute, mais si on se compare avec soi-même et qu’on regarde en arrière tout ce que nous avons accompli, on fait du renforcement positif qui nous aide à éliminer le doute.

Si cela ne fonctionne pas, il faut se concentrer sur notre corps, notre respiration, nos mouvements et faire fi des pensées négatives. Notre mental est négatif par défaut. Donc si le renforcement positif ne fonctionne pas, il faut se concentrer et essayer d’atteindre un état de méditation et se recentrer uniquement sur l’environnement.

Merci Marie-Pier, c’est vraiment intéressant ! Et, avec ton bagage et tout ce que tu as vécu, je pense qu’il n’y a pas grand monde qui peuvent mettre en doute ta capacité à vaincre tes doutes et à passer par-dessus tes plus grandes peurs.
Pour ce qui ne savent pas, Marie-Pier a vraiment une histoire extraordinaire. En plus d’avoir grimpé le K2 et d’autres sommets, elle a aussi vécu le tsunami de 2004 en Thaïlande.
Tu es une battante Marie-Pier et une gagnante ! Félicitations pour tes exploits et nous sommes très contents de t’avoir dans notre équipe.

Bon succès !

En savoir plus sur Marie-Pier Desharnais et ses conférences.

Revenir aux blogues

Laisser un commentaire