SUR LA ROUTE : Entrevue avec Steve Waterhouse (Comment protéger nos données?)

Steve Waterhouse conférencier, explique dans un langage clair, comment mieux protéger nos données informatiques. M. Waterhouse est vraiment l’expert numéro un dans le domaine au Québec. On le voit partout. Les chaines de nouvelles continues se l’arrachent et il a même été invité à Tout le monde en parle pour partager ses précieux conseils.

Il faut savoir que M. Waterhouse a été, pendant vingt ans, un expert en sécurité informatique pour les forces armées Canadienne. Aujourd’hui, il est formateur et conférencier dans le domaine.

Depuis quelques années, l’actualité fourmille de situations de vols de données qui ont été perpétré, soit par des hackers ou même des employés à l’interne.

Selon Steve Waterhouse, la protection des données n’est pas différent de la protection de n’importe quel autre bien ou effet personnel.

Il faut d’abord identifier les risques. Qu’est-ce qui peut être volé? Quelle en est la valeur, tant pour le voleur que pour l’entreprise qui se fait volée? Après cela, il faut relever le niveau des firewall. Il faut toujours être à l’avant-garde de la technologie en la matière. Les hackers le sont eux.

Par la suite, il faut identifier, comment sont protéger nos données actuellement et relever le niveau de protection. Double mot de passe. Vérification et traçage des téléchargements. Impossibilité de s’en faire des copies. Compartimentage des données afin d’éviter que toutes nos données d’entreprises soient sur un même serveur. Et plus encore.

Il ne faut évidement pas oublier les gens. Ceux qui ont accès à nos données d’entreprises. Une enquête de sécurité préalable avec les nouveaux employés est aujourd’hui de rigueur. Selon lui, l’aspect humain est très important. S’assurer que les employés évoluent dans un environnement stimulant. Qu’ils aient un sentiment d’appartenance élevé envers l’entreprise. Il faut être à l’affut des malaises et frustrations que certains employés pourraient ressentir envers l’entreprise.

Ce sont souvent des employés frustrés qui vont avoir envie de faire des dommages à l’entreprise.

Il conclut ainsi : Nous sommes en 2020. L’époque des vols d’outils et d’équipements est remplacés par le vol de données.

SUR LA ROUTE : Entrevue avec Louis-François Marcotte (Comment décrocher)

Le conférencier Louis-François Marcotte: Sous des allures de chef cuisinier émérite se cache un homme des bois.

Dans cette entrevue, Louis-François Marcotte explique au conférencier Guy Bourgeois de Formax, comment il réussit à décrocher les fins de semaine.

Selon lui, personne ne peut être performant sept jours sur sept. Il est donc essentiel de trouver SA façon de déconnecter du travail pour mieux rebondir quand vient le temps de performer.

Évidemment, chacun peut le faire à sa manière. Pour certains, c’est le sport, le vélo, la course à pied et l’activité physique sous toutes ses formes. D’autres préfèrent les travaux domestiques, les rénovations et le jardinage.

Pour Louis-François, c’est le retour à la terre. Il a toujours ressenti au fond de lui, le désir intense de se connecter avec la terre. Il adore bûcher, transporter les branches avec son 4 roues, et utiliser son tracteur pour travailler la terre.

Il adore aussi faire des rénovations de toutes sortes. Dans ses nombreux restaurants, il a toujours mis la main à la pâte (c’est le cas de le dire), et il s’est toujours investi totalement dans l’aménagement et la décoration.

Ce fût d’ailleurs le cas avec le dernier café qu’ils ont ouvert avec Patricia Paquin, sa conjointe. D’ailleurs, sur leurs comptes Instagram, on peut les voir tous les deux poser de la céramique, peinturer les murs et faire beaucoup de travaux qu’ils auraient pu déléguer.

Les clients qui visitent « Chez Cheval » peuvent se dire que les tables sur lesquelles ils mangent ont été sablées et peintes par Louis-François et Patricia.

Vous! Comment décrochez-vous?

Complément d’information: Chez Cheval est un café situé à Mont St-Hilaire. Il doit son nom au premier maire de la ville de Mont St-Hilaire qui s’appelait Guillaume Cheval.

La particularité de ce café, outre sa délicieuse cuisine et son excellent café, est le fait qu’ils embauchent des gens atteints de TSA (trouble du syndrome de l’autisme).

C’est une raison de plus pour aller y faire un tour de temps en temps.

SUR LA ROUTE : entrevue avec Éric Lucas (La règle des champions)

Entrevue sur la route avec Éric Lucas et Guy Bourgeois.

Tout le monde souhaite devenir ‘bon » dans ce qu’il fait. Mais certains d’entre eux veulent être le meilleur dans leur sphère d’activité. C’est ce qu’a réussi Éric Lucas en devenant champion du monde de boxe dans sa catégorie.

Si vous lui demandez sa règle #1, il vous dira que c’est le travail. Avec du travail acharné, tout est possible. Avec du travail acharné, le cerveau peut croire en la victoire. Avec du travail acharné, on gagne en confiance. Avec du travail acharné, on devient meilleur.

Évidemment, se fier sur la chance ou sur une possible défaillance de notre adversaire, c’est s’ouvrir le chemin de la défaite.

Un message aussi clair vulgarisé par un champion comme Éric porte à réfléchir.

Go! Travail, travail, travail!

SUR LA ROUTE : Entrevue avec Patrice Coquereau

ENTREVUE AVEC PATRICE COQUEREAU :

Le comédien Patrice Coquereau a connu de sévères épisodes d’anxiété dans sa vie. C’est maintenant chose du passé. Dans le PepTalk de ce mois-ci, il partage les étapes de sa guérison et de sa victoire sur cette maladie des temps modernes.

Découvrir  les conférences de Patrice Coquereau


– Bonjour Patrice Coquereau, bienvenue au PepTalk sur la route, c’est une deuxième fois!

– Oui

– Mais ça fait quelques années quand même.

– Oui

– Écoutes Patrice, il s’est passé beaucoup de choses depuis notre dernière rencontre.

– Oui

– Tu as sorti un livre, « Guérir à gorge déployée » quel bon titre !

– Oui !

– Et on le sait, parce qu’on te voit dans les médias, dans différentes conférences et spectacles, tu as souffert d’anxiété dans le passé.

– Oui.

– Et j’aimerais ça que tu nous expliques, on le sait que plusieurs personnes en souffre; autant dans le monde des affaires comme dans nos vies privés, comment tu as fait pour te sortir de ton anxiété?

– [soupir] Alors comme je l’ai vécu de façon très très intensive, j’ai été amené à m’y plonger directement et au fil du temps, le premier réflexe qui m’est venu, que j’ai cultivé, c’est de faire face à l’anxiété. Il y a beaucoup de gens qui souffre de ça et dont le réflexe ou la réponse, doit être d’éviter ce qui est anxiogène, donc exemple de chercher à éviter de prendre l’avion, de prendre l’ascenseur. Très tôt, j’ai compris, ou j’ai su, que même si ça fait peur au départ, qu’il fallait que je fasse face et que je m’exerce à reprendre l’avion, reprendre l’ascenseur, à …

– … faire ce qui te faisait peur ?

– Oui, à aller directement là où j’avais peur.

– Ok.

– Et qu’à force de le faire, à un moment donné, tu te désensibilises. Mais plus tu l’évites, ça va te soulager temporairement mais tu ne régleras pas le problème. Donc la solution pour moi, très concrète, très organique, très présente, c’est de faire face à son problème, en lui faisant face justement.

– Ok. Et tu dis dans tes conférences que tu n’as pas eu besoin, et corriges moi si je me trompes, de médication…

– Non.

– …Donc juste à faire face, à te mettre en situation, appelons-ça, de risque, ans médications, tu as réussi à en guérir.

– Oui.

– Est-ce que ça a été long ?

– Ça été long, ça n’a pas été un parcours en ligne droite, mais comme disais feu Guy Corneau, par rapport au danger, qu’il soit réel ou imaginaire, l’être humain va réagir un peu comme le règne animal, face au danger, la réponse va être soit de fuir, de paralysé ou de faire face, on a toujours le choix à travers ces trois réponses là. J,ai beaucoup fuit dans ma vie, beaucoup paralysé, mais je cultive…

– … être capable de faire face ?

– … d’être capable de faire face. Et ça donne des résultats.

– Wow!

– C’est bon. C’est simple, rien de compliqué, mais en même temps, ces trois choix-là, fuir, et tellement de gens tentent de fuir, paralyser, donc figer et rien changer versus faire face, la solution est là.

– Mais c’est de surtout pas se taper sur la tête et de s’exercer à répondre d’une nouvelle façon.

– Patrice Coquereau, c’est hyper intéressant, on va inviter les gens à nous rejoindre pour t’entendre en conférence et te voir en spectacle. Merci d’avoir participé au PepTalk. À la prochaine !

– Merci.


Conférence publique : FACE À FACE AVEC L’ANXIÉTÉ

Présentée à la Maison des Arts Desjardins de Drummondville. Le lundi 4 février 2019.

Informations et achat de billets en ligne, ICI.