Le bonheur est dans les corvées

En lisant le titre, je ne suis pas certain que vous serez d’accord avec moi. Je m’explique. L’été dernier, mon beau-frère m’a prêté sa remorque (communément appelé trailer). Ayant du terrassement à faire chez moi, je l’ai utilisée pour transporter de la terre, du gravier, etc. Bref, je l’ai eue chez moi du mois d’avril jusqu’à la fin juillet et elle me fût très utile. Notre entente était celle-ci. « Je te la prête gratos, mais comme elle a besoin d’être repeinte, ce serait l’fun que tu la peintures avant de me la remettre ». Je n’ai pas vraiment eu le temps de réfléchir. Motivé par le fait que j’avais besoin de la remorque rapidement et sur une longue période, j’ai dit : Ok, d’accord! Par contre, en dedans de moi, je me disais : « Aie, dans quoi me suis-je embarqué? » En savoir plus

Et si vous vous présentiez aux élections?

Je ne sais pas si vous en avez entendu parlé (sait-on jamais), mais nous devrons aller voter dans quelques semaines. Ce faisant, ces temps-ci, on voit des pancartes sur les poteaux, des dépliants se retrouvent dans notre boîte aux lettres, les bulletins de nouvelles nous parlent des faits saillants du jour pour chaque parti et peut-être que vous serez visité dans le porte-à-porte d’un ou plusieurs des candidats de votre circonscription.

Peu importe le parti ou la région, les candidats veulent “se vendre” à vous pour que vous les élisiez. C’est normal. Que vous preniez pour un parti ou un autre, ou que vous alliez voter ou non, ce n’est pas le propos de mon texte. C’est plutôt le fait que les candidats doivent “se vendre” qui est le fil conducteur de mon article.

En savoir plus

Tout ce qui se mesure s’améliore!

Anecdote. Lors d’une formation que je présentais à un groupe qui vend des produits durables d’une valeur de quelques milliers de dollars, je demande à un participant : Combien de ventes avez-vous fait la semaine dernière? Il me répond, je ne sais pas.

Je poursuis. Dans ce cas là, combien de prospects avec-vous rencontrés dans votre semaine? Réponse : Je ne sais pas, 10-15, je ne calcule pas. Je demande encore.  Combien de ventes pensez-vous faire dans le prochain mois? Réponse : le plus possible. Fin de l’histoire.

Plus tard dans la journée, j’ai eu l’occasion de demander au patron du groupe : À quel niveau performe ce vendeur à qui le hasard a fait que je lui pose ces questions? Réponse : C’est mon moins bon. Évidemment, je n’étais pas surpris du tout. En savoir plus

La courbe du succès

Conférenciers Québec, Formation, Motivation et Team Building - Formax - La courbe du succès

Je ne sais pas où vous en êtes dans votre quête du succès, mais si vous pensez que vous êtes en bas de l’échelle, voici de quoi vous permettre d’espérer.

Beaucoup croient à tort que le succès est le résultat d’une longue et lente ascension de réalisations qui, avec le temps, aboutissent à ce qu’on appelle “le succès”.

Dans la réalité, ce n’est pas comme ça que ça se passe.

Le succès, en général, se réalise plutôt comme suit:

1- Un départ qui est souvent encourageant et prometteur.

Pensez à quelqu’un qui part sa propre compagnie. Peu importe le domaine, ses premiers clients sont souvent ses proches et/ou ceux de sa région, ce qui lui procure un succès rapide mais restreint. Pensez aussi à la jeune chanteuse qui fait quelques apparitions régionales, passe à la télé locale, le journal du quartier, etc. On parle d’elle ici et là, mais on est loin de l’ascension fulgurante. On parle d’un départ encourageant et prometteur mais on est loin des ligues majeures.

2- Le chemin droit et rectiligne.

C’est la période, plus ou moins longue, où l’on essaie de sortir du lot dans notre région et de se faire remarquer par les grands du domaine. Que ce soit le produit du terroir local, le jeune joueur de hockey ou l’humoriste de la relève, ils traversent tous cette période où on dirait que rien ne se passe.  Cette période est souvent accompagnée de beaucoup de découragements et de remises en question. Récemment, j’entendais une entrevue avec l’humoriste P-A Méthot. Dix-huit ans à travailler et à espérer sortir du lot et devenir un humoriste qui attire les foules et remplit de grandes salles. Dix-huit ans! C’est assez long merci.

3- L’explosion!

Enfin, un jour arrive l’explosion. Certains ne se rendent pas et abandonnent avant, mais pour les autres, c’est l’euphorie. Ça se présente souvent tout d’un coup. On ne sait pas toujours pourquoi, mais soudain, un momentum se produit et on passe enfin dans les ligues majeures. Notre produit se retrouve sur les tablettes des grands magasins ou est en demande dans d’autres pays. Ou encore, la chanteuse se fait voir sur YouTube et oups les médias la découvrent, et tout d’un coup, son statut change du jour au lendemain. Dans le cas de P-A Méthot, c’est la catastrophe du Lac Mégantic qui lui a ouvert les portes du Centre Bell pour un spectacle bénéfice et l’a propulsé au top.

Peu importe où vous êtes en ce moment, vous devrez passer par ces trois étapes incontournables.

Oups! Je ne vous ai pas parlé de la 4e étape du succès!

4- Le plateau.

Après un grand succès arrive inévitablement une sorte de plateau. C’est une période de questionnement, de repositionnement et de travail intense pour que la magie du momentum se reproduise encore.

À retenir

Peu importe l’étape dans laquelle vous vous trouvez, elle n’est que temporaire.

Bon succès!

L’autre côté de la médaille

Conférenciers Québec, Formation, Motivation et Team Building - Formax - L'autre côté de la médaille

Comme le dit l’expression consacrée, il y a toujours “un autre côté à la médaille”.

Il y a quelques années, un couple d’ami a gagné un voyage pour deux à Varadero. Ce n’est pas rien! Ils étaient très contents, mais (il y a souvent un mais) ils regrettaient de n’avoir pu amener leurs enfants. “C’est l’fun qu’on ait gagné le voyage, mais c’aurait été plus l’fun si on avait pu amener les enfants”, disaient-ils.  Contents, oui, mais avec un bémol.

Ils ne sont pas les seuls à avoir ce genre de réflexe. Lorsqu’on a une bonne nouvelle ou que l’on vit un événement positif, on est content de cette situation, mais on a souvent tendance à dire: C’est certain qu’il y a tel inconvénient, mais bon, c’est quand même le fun!

Drôle de réflexe! On apprécie le bon côté de la situation, pour tout suite prétendre qu’elle n’est pas parfaite parce qu’il y a tel ou tel inconvénient.

Voyons maintenant l’autre côté de la médaille!

Depuis plusieurs années, lorsque je vis un événement “négatif” et peu importe lequel, j’ai pris l’habitude de voir l’autre côté de la médaille et de chercher l’aspect positif dans cette situation négative.

Je me dis: S’il y a un bon côté de la médaille lorsqu’on vit du positif, il doit bien y en avoir un lorsqu’on vit du négatif. Une tuile me tombe sur la tête, je cherche le côté positif et je finis toujours par le trouver.

Je vous suggère donc de faire de même. Il faut juste faire l’effort de chercher et on finit toujours par trouver le côté positif de la médaille. Vous verrez, vous allez y prendre goût!

Source image

Réussir grâce aux 5 à 7!

Conférenciers Québec, Formation, Motivation et Team Building - Formax - Réussir grâce aux 5 à 7!

Cette semaine, je suis allé à un 5 à 7 organisé par un groupe d’investisseurs immobiliers. Je reçois plein d’invitations pour des 5 à 7. Ça me semble très populaire ces temps-ci. Évidemment, l’objectif  d’un 5 à 7 est de faire du réseautage dans le but de faire des affaires. Dans ce même 5 à 7, j’ai même rencontré une personne qui en était à son troisième de la semaine et nous étions mercredi.

En savoir plus

Livre Ça pourrait être mieux!

Ce mois-ci, je fais exception à la règle que je m’étais imposée pour cette chronique, c’est-à-dire de NE PAS recommander un de mes livres.

J’y déroge cette fois-ci simplement parce que dans une même semaine, trois personnes différentes, rencontrées dans des lieux et circonstances différentes, m’ont dit la même chose.

“J’ai acheté ton livre Ça pourrait être mieux. Je l’ai lu en une seule soirée et je ne pouvais plus m’arrêter. Ça m’a motivé comme jamais aucun autre livre auparavant.”

En entendant ces commentaires trois fois dans la même semaine, je n’ai pu résister de vous suggérer de le lire.

Ça pourrait être mieux traite d’ambition. Si vous êtes allergique à ce mot-là, ne l’achetez pas. En passant, achetez-vous de billets de loterie chaque semaine? Hum, hum!

Par contre, si vous rêvez et pensez que vous pouvez améliorer votre situation de vie, procurez-vous le rapidement.

Dans ce livre, je vous explique en termes simples, comment vous faire un plan de réussite et comment contourner les obstacles qui se dresseront sur votre route. En plus, je vous garantis les résultats.

Après l’avoir lu, vous aurez envie d’aller décrocher la lune et vous vous direz “the shy is the limit!”