Enlevez vos chaînes!

Conférenciers Québec, Formation, Motivation et Team Building - Formax - Enlevez vos chaînes!

Depuis toujours, le mot “chaîne” a été associé à l’esclavage. Nous avons tous en tête des images d’esclaves enchaînés, amaigris, souvent fouettés, qui peinent à faire une tâche inhumaine. Heureusement, l’esclavage est presque révolu aujourd’hui.

Pourtant, je vois chaque jour des gens qui portent des chaînes sur eux. Des chaînes invisibles, mais des chaînes quand même. Ces chaînes imaginaires sont à l’effigie de plusieurs malaises intérieurs. Ce sont celles de la peur ou de la honte; celles du doute, d’une enfance malheureuse ou d’un revers de fortune. Il y a plusieurs formes de chaînes que les gens tolèrent sur eux. Souvent, ce sont eux-même qui s’enchaînent avec. Ces chaînes prennent les thèmes du : Je suis né pour un petit pain! Je suis toujours malade! Je ne suis pas fait pour être vendeur! Je ne veux pas tel poste parce que je ne veux pas de trouble! J’ai peur de prendre l’avion, etc.

Parfois, ils sont tellement habitués d’être enchaînés ainsi, qu’ils ne savent pas qu’ils le sont. Ils sont ralentis et blessés par ces chaînes, mais pensent qu’ils sont malchanceux et que la vie ne les a pas choyés.

Tout comme vous, pendant longtemps, j’ai porté ce genre de chaînes. Elles m’empêchaient de m’épanouir pleinement. Un jour, à force de me culpabiliser parce que les choses ne se passaient pas assez vite à mon goût, j’ai pris conscience que c’est moi-même qui m’était enchaîné avec de fausses croyances.

J’ai donc enlevé mes chaînes. Non sans crainte, parce que j’avais déjà essayé de les enlever par le passé, mais sans succès. J’ai donc réessayé et réessayé encore et encore. Avec le temps, je me suis enfin libéré, je me suis remis à rêver et mes actions ne sont plus été entravées par mes chaînes imaginaires. Quelle délivrance!

Si vous portez de telles chaînes imaginaires, je vous en supplie, débarrassez-vous en tout de suite. Vous recommencerez à vivre pleinement.

Prêt, pas prêt ?

Conférenciers Québec, Formation, Motivation et Team Building - Formax - Prêt, pas prêt ?

Rebonjour !

Je sais que vous êtes impatients de savoir comment s’est passé ma fameuse course à Ottawa le week-end dernier !! Non, sérieusement, depuis le mois dernier, je me dis que l’édito de juin sera facile à composer, car je parlerais de la dont belle réalisation tant attendue de mon objectif! J’étais bien confiante! Eh bien, je dois avouer un peu honteusement que j’ai plus ou moins envie de vous en parler aujourd’hui. J’ai cherché d’autres sujets, mais on aurait dit qu’ils me ramenaient tous à ça, bien malgré moi.

La fameuse course a été difficile, très difficile… En savoir plus

On fait de la place au nouveau!

Conférenciers Québec, Formation, Motivation et Team Building - Formax - On fait de la place au nouveau!

C’est la tradition, au printemps, on fait le grand ménage, on fait de la place pour du nouveau. Ah le nouveau, ça sonne toujours si bien, si excitant, si parfait. Le nouveau, ça change du vieux, de la routine, de la poussière. Mais le nouveau, ça ne règle pas tout, tout de suite. Faut laisser le temps au nouveau de faire sa place, prendre sa forme et prendre son rythme.

Vous vous souvenez que je vous ai dit que je m’entraînais pour un 10km ce printemps ? Dans moins d’un mois maintenant et comme je me contentais de courir 5km semi-régulièrement depuis quelques années, je n’ai pas eu le choix d’augmenter la cadence dans les derniers mois, ce qui était l’objectif premier de cette course. J’en profite d’ailleurs pour saluer notre magnifique printemps, chaud et si exempt de pluie, de même que mes super chaussures, qui n’en portent pas du tout les traces. Traces qui, au fil des kilomètres et des intempéries, m’ont malheureusement forcées à les abandonner. Non sans un petit plaisir, je suis allée m’en magasiner des neuves qui allaient pallier aux faiblesses des anciennes ; plus de coussin ici, moins de largeur là, toujours aussi légères SVP. Je me voyais déjà franchir avec facilité les 10km du jour au lendemain.

Heureusement, j’ai décidé de la jouer intelligemment et de reprendre le rythme tranquillement avec ces nouvelles chaussures. Je vous avoue que c’est plate, quand depuis 3 mois tu vises courir plus vite et plus loin chaque fois, de te limiter soudainement à une cadence plus lente, et à des distances déjà acquises. Mais c’était essentiel. Chaque pas que je fais a un impact sur mon corps en entier et je ne peux juste pas prendre pour acquis que ces nouvelles chaussures allaient réagir pareil comme les anciennes. J’ai dû réhabituer mes pieds, mes chevilles, mes tibias, mes mollets, mes genoux, mes cuisses, à courir « différemment ». Ça fait donc 2 semaines qu’après chaque course je suis courbaturée à un endroit différent. Comme je le disais, le nouveau, ça ne règle pas tout, tout de suite. Faut laisser le temps au nouveau de faire sa place, prendre sa forme et prendre son rythme… pour mieux se remettre à courir.

Sur la route avec… Nic Dumesnil

Le conférencier, aventurier et CPA  Nic Dumesnil partage avec Guy Bourgeois ce qui l’anime à toujours aller plus haut.

LIRE AUSSI : Pourquoi grimper les montagnes, un article sur le même sujet qu’il a publié sur son blogue au mois de septembre dernier. Juste ici.

Pour relire son récit de son ascension de l’Everest pendant le tremblement de terre au Népal au printemps dernier, c’est par ici.

Soyez extraordinaires!

Conférenciers Québec, Formation, Motivation et Team Building - Formax - Soyez extraordinaires!

La réflexion d’Hugo

En cette période d’austérité où nous entendons sur toutes les plateformes médiatiques que l’économie est en chute et que les temps sont durs, comment devons-nous réagir?

Voyons ici la question selon différents angles. D’abord, notre réflexe en période austère pourrait nous amener à mettre les freins, à s’arrêter. Alors que l’attitude à adopter est inverse. Chaque épreuve ou moment plus sombre doit être vu comme une occasion de se dépasser et de réussir là où les autres abandonnent.

En effet, quand les choses vont bien, nous n’avons pas à mettre autant d’efforts. Nous vaquons à nos occupations sans trop nous questionner et la routine s’installe. Ainsi, nous économisons nos énergies et nous gérons nos efforts. Tout cela est parfaitement normal.

Par contre, dans les moments difficiles ou en situation de crise, nous devons faire preuve d’initiative, de discipline, d’engagement, de persévérance. Nous devons surtout croire en notre capacité à saisir l’opportunité et à en faire une situation qui nous permettra d’exprimer notre plein potentiel.

Le succès demande de l’effort. Cet effort nous sort de notre zone de confort et nous pousse à vivre toute une panoplie d’émotions. Apprenons à utiliser ces bouleversements comme levier de changement et de dépassement, car au fond le succès par de soi.

Je vous laisse sur cette citation : la différence entre être ordinaire et extraordinaire, c’est l’extra. Soyez extraordinaire!

Hugo

Pour en savoir plus sur les conférences d’Hugo, c’est ici!

Source image