SUR LA ROUTE : Entrevue avec Danièle Henkel (Trois conseils pour réussir en tant qu’entrepreneur)

Pour cette nouvelle entrevue « Sur la route », Guy Bourgeois, conférencier, formateur, motivateur et Président de Formax reçoit Danièle Henkel, nouvelle conférencière chez Formax, auteure et entrepreneure afin qu’elle nous partage ses conseils pour réussir en tant qu’entrepreneur.

Connue, entre autres, pour avoir participé à l’émission Dans l’œil du dragon pendant 5 saisons consécutives, fondatrice des Entreprises Danièle Henkel Inc. et de danielehenkel.tv, Madame Henkel est un modèle pour tous les entrepreneurs et entrepreneures.

ENTREVUE

À chaque mois, dans nos Pep Talk, nous demandons à nos conférenciers de s’exprimer sur leur expertise. Alors, je vais te demander de nous partager tes trois meilleurs conseils que tu donnerais aux nouveaux entrepreneurs pour réussir.

Quand nous sommes passionnés comme la jeunesse, nous sommes pressés. Si je me rappelle comment j’ai commencé, je me disais que je pouvais tout faire et que je le voulais tout de suite. Donc, l’un des premiers conseils que j’aimerais donner aux jeunes entrepreneur(e)s, ce serait de prendre le temps.

J’ai trop souvent entendu dire : « vous savez, j’ai 25 ans, mais je n’ai pas le temps, là. » Et quand je leur dis que j’ai commencé mon entreprise à 44 ans, ils sont étonnés. Ce n’est pas une question de temps, c’est une question de préparation. D’abord, il faut s’assurer de ce qu’on veut et ensuite, d’être certain que c’est vraiment la passion qui nous parle.

Ça ne veut pas dire qu’on ne peut pas changer en cours de route, ça ne veut pas dire que nos missions ne peuvent pas changer, mais il faut qu’on soit plus ou moins certain qu’on est un véritable entrepreneur. Je pense qu’on ne réalise pas assez souvent les sacrifices que l’on doit faire. On s’imagine que quand on est en affaires, on est multimillionnaire du jour au lendemain. Il n’y a même pas 1% de gens qui arrivent à faire ça. On nous donne à chaque fois comme exemple Google, Apple, Steve Jobs, etc. Arrêtez-moi ça !

Même Steve Jobs a eu des hauts et des bas. On ne connait pas l’histoire des gens et des entrepreneurs.

C’est parce qu’on ne regarde pas en profondeur, on ne voit qu’en surface. On ne voit que le résultat, mais pas le parcours.

Mon deuxième conseil serait de vouloir être accompagné. C’est hyper important d’aller chercher quelques-uns ou quelques-unes mentors. Pourquoi ? Parce qu’il faut d’abord développer l’écoute. Souvent, on n’écoute pas. On est certain d’avoir la bonne idée, on est certain d’avoir tout ce qu’il nous faut et puis on part. Moi, je me dis que c’est la meilleure façon de se « casser la gueule » avant d’arriver. Ça ne veut pas dire qu’on ne va pas tomber quelques fois, mais on n’est pas obligé de tomber fort. Donc, il faut savoir s’entourer, non seulement d’un mentor qui nous écoute et qui va nous diriger, mais il faut aussi savoir aller chercher les professionnels adéquats qui sont un « fit » avec nous. Un comptable, un avocat – parce que quand on démarre une entreprise, on doit être bien structuré – savoir lire aussi des états financiers, savoir s’éduquer sur le plan de la littératie financière. Tu ne peux pas te dire que parce que tu as eu l’idée, quelqu’un d’autre va le faire pour toi. Oui, quelqu’un d’autre va le faire pour toi, mais TU dois poser des questions, tu dois connaître ton entreprise, même s’il n’y a qu’un seul employé ou lorsqu’elle deviendra multinationale. Tu dois comprendre la vibration de ton entreprise à travers les chiffres, mais aussi à travers les gens.

Et, j’ajouterais à ça, de se bâtir un plan d’affaires, n’est-ce pas ?

Absolument ! Il faut être préparé ! L’idée, c’est une chose, le service/le produit c’en est une autre. Comment on va « pitcher » ? Comment on va arriver à embarquer quelqu’un qui va nous financer ou quelqu’un pour nous accompagner ou recruter des employés ? Qu’est-ce que je vais leur dire pour qu’ils viennent avec moi ? Ce sera parfois la passion ou parfois le fait que j’ai vraiment effectué mes recherches pour y arriver.

Et, de grâce, un peu d’humilité ! (rires)

Ça dépend peut-être des personnalités, mais je crois que les entrepreneurs, lorsqu’ils ont des revers, à un moment donné l’humilité embarque.

En bonus, si je peux donner une autre suggestion basée sur mon expérience, ce serait d’avoir du plaisir ! Si vous commencer à ne pas dormir la nuit, à être bougonneux, à commencer à envoyer paître les personnes qui vous aiment parce que vous manquez de patience, ce n’est pas la bonne chose à faire. Sachez que dans les moments les pires, les seules personnes qui seront encore à vos côtés, ce sont celles qui vous aiment vraiment. Alors, pensez-y. Continuez à avoir du plaisir et faites attention à ça ! La santé mentale et la santé physique sont les choses les plus importantes. On est entrepreneur, c’est une vocation, mais justement, on doit prendre soin de nous. [Notre corps], c’est la monture qui va nous emmener là où on veut aller !

Danièle Henkel, merci infiniment pour ces conseils ! Je souhaite, autant que toi, qu’il y ait de plus en plus de jeunes qui décident d’embrasser la carrière d’entrepreneur, avec les risques et les avantages que ça a. J’espère que ton message d’aujourd’hui aidera les gens à se lancer !

Bon succès !

Guy Bourgeois

Découvrez les conférences dans la même thématique

SUR LA ROUTE : Entrevue avec Danielle Danault (Vers plus de femmes entrepreneurs)

​En prévision de la journée de la femme (8 mars), j’ai demandé à Danielle Danault, fondatrice et présidente de Cardio Plein Air, pourquoi il n’y a pas plus de femmes entrepreneurs

Qu’est-ce que tu penses que ça prend pour que plus de femmes deviennent entrepreneurs?

Il faut mettre de l’avant encore plus le succès des femmes en affaires pour démontrer aux jeunes femmes que c’est possible. Le palmarès des 110 meilleures femmes d’affaires du Magazine premières en affaires est très inspirant et démontre qu’une femme peut être à la tête d’une entreprise grande ou petite. Dans la presse, on devrait lire autant de reportages sur les femmes qui réussissent en affaire que sur les hommes. Les programmes d’aide aux femmes entrepreneures sont de plus en plus présents mais souvent les femmes ne les connaissent pas.

​Pourquoi certaines hésitent? En savoir plus

Réussir, ça s’apprend!

Tout le monde veut réussir! Et personne ne veut échouer! Cependant, la grande majorité des gens croient que le succès est une question de chance et de hasard. Être au bon endroit au bon moment, c’est ça le secret, selon eux.

« Ouais, mais toi, tu as commencé au bon moment! », me disent plusieurs. « Aujourd’hui, ce n’est plus comme dans l’temps! »

Pfffft! Rien n’arrive tout seul. Pas plus avant, que maintenant.

PARLONS SUCCÈS

J’ai toujours pensé que l’être humain, outre se reproduire, avait pour mission de vie de s’améliorer lui-même et, par le fait même, collaborer à ce que toute la société s’améliore. Pour moi, le succès, c’est ça. Être meilleur qu’hier, et moins que demain, et ce, à tous les points de vue.

Que ce soit Einstein en démontrant la loi de la relativité, aux parents qui aident leur jeune enfant à prendre confiance en lui ou au type qui a inventé le velcro, tous, à leur façon tentent d’améliorer le monde.

Et vous? Actuellement, tentez-vous de vous améliorer ou si vous chialez après quelqu’un ou les circonstances ou le « système » qui vous met des bâtons dans les roues?

VOICI LE SECRET

Depuis les années 70, je lis des livres qui enseignent le succès sous toutes ses déclinaisons. Personnel, santé, professionnel, financier, sportif, affaires, etc, toutes les formes de succès et de dépassement de soi m’intéressent.

Tant qu’il y aura des humains, ils voudront toujours avoir une meilleure vie et chercheront toujours la ou les meilleures façons d’y arriver. C’est une quête incessante qui ne finira jamais.

Mais cette quête d’amélioration est parsemée d’imprévus, d’embûches et de découragements. C’est pourquoi, ceux qui enseignent le succès, ont toujours tenté de proposer des outils pour nous faciliter la tâche, si je peux m’exprimer ainsi.

Dans les années 40, ce fût Dale Carnegie qui a écrit « Comment se faire des amis », un livre best seller encore aujourd’hui. Dans les années 50, c’est Napoleon Hill qui est arrivé avec « Réfléchissez et devenez riche ». Dans les année 60, c’est le Dr Joseph Murphy qui a lancé « La puissance de votre subconscient ». Un livre qui fait encore école aujourd’hui. Les années 70 et 80 ont été inondées de livre sur le succès. La magie de voir grand du Dr David Schwarts et de multiples autres bouquins (et cassettes) de Zig Ziglar et Og Mandino. Dans les années 90 et 2000, c’est Anthony Robbins et Deepak Chopra qui ont pris le relais, entre autres.

Aujourd’hui, ce sont d’innombrables vidéos sur Youtube (TedX, entre autres) et des applications mobiles (Jayo, TopCloser, RunKeeper, My FitnessPal) qui servent d’outils pour aider les gens à comprendre les rouages du succès et les appliquer dans leur propre vie. Même les gens d’affaires ont leur « coach d’affaires » et les athlètes ont leur préparateur mental. Bref, de nos jours, la psychologie du succès est accessible partout, pour tous, pour notre plus grand bonheur.

Juste pour le fun, en conclusion de cette chronique, je me permets de vous résumer ce que tous ces bouquins, cassettes, vidéos et applications enseignent:

  1. Ait un désir intense de réussir (pas juste un vague souhait).
  2. Fixe-toi des objectifs clairs et fais-toi un plan précis pour y arriver (il va changer en cours de route).
  3. Acquiert toutes les connaissances nécessaires à la réalisation de ton but.
  4. Cultive tes relations humaines. Tu ne peux réussir seul.
  5. Bâtis-toi un réseau de contacts digne d’un premier ministre.
  6. Travaille! Travaille! Travaille! Et travaille encore!
  7. Malgré les embûches, n’abandonne-pas tant que tu n’auras pas atteint ton objectif! (la persévérance est de mise)
  8. Fais de l’autosuggestion et de la visualisation.
  9. Apprends à gérer ton stress et tes peurs.
  10. Fais en sorte que tes actions soient bénéfiques pour tous les gens que tu côtoies.

Voilà, grosso modo, la recette.

Maintenant, arrêtez de vous poser des questions et passez à l’action!

Le succès est garanti!

Guy

Les vertus du cold call

« Vous devrez faire de la sollicitation directe, du « cold call ».

C’était comme si je venais d’annoncer à ce candidat-vendeur que, quotidiennement, il devrait étendre dix voyages de terre à la petite pelle…

Cette scène se passait il y a vingt ans, lors d’une entrevue de sélection avec un candidat dont le CV vantait abondamment ses qualités de vendeur et de développeur. Il sembla très déçu et le mot est faible, lorsque je lui annonçai que le poste disponible consistait surtout à faire de la sollicitation directe.

En savoir plus

Être occupé, pour ne pas être préoccupé!

Conférenciers Québec, Formation, Motivation et Team Building - Formax - Être occupé, pour ne pas être préoccupé!

Dans le monde des affaires, il y a une règle non écrite qui prétend que pour maximiser sa survie et sa longévité (je parle toujours du fait d’être en affaire), il faut avoir au moins cinq (5) produits à offrir. Le chiffre cinq peut aussi s’appliquer au nombre de divisions ou de segments de marché qui est visé par l’entreprise. Bref, le « cinq » produits, divisions ou segments de marché permet d’équilibrer le momentum et de « garantir » une réussite à long terme.

L’impact d’une telle stratégie est facile à comprendre. Si à un moment donné, une division connaît des difficultés, les quatre autres permettront à l’entreprise de traverser cette période sans trop de problème. C’est pourquoi, par exemple, Bombardier fabrique plusieurs types d’avions et Quebecor a plusieurs divisions allant du câble à différents types de média.

Voilà pour ce principe d’affaires.

Dans nos vies personnelles, le même principe peut s’appliquer. Si vous voulez être heureux et maximiser votre longévité de « bonheur », je vous recommande le principe du « cinq projets ». Ça peut être des projets personnels ou professionnels ou un mélange des deux. Le fait d’avoir plusieurs « choses » qui stimulent votre pensée vous permet d’être occupé au lieu d’être préoccupé.

Le fait d’être occupé mentalement peut faire toute la différence entre la sérénité d’esprit ou une angoisse existentielle. La théorie prétend même que plus vous avez de projets en marche, plus vous êtes heureux. Le chiffre cinq n’est que la référence de départ pour un bonheur durable. Un de vos projets se termine? Il faut en démarrer un autre rapidement. C’est une roue qui tourne et c’est l’fun.

Le principe est simple. L’esprit pense continuellement et il est extrêmement difficile de l’arrêter. Lorsque votre esprit est occupé à élaborer des plans, à penser à des solutions et à avoir une vision sur l’aboutissement et la réalisation de vos projets, il n’aura pas le temps de s’inquiéter et d’angoisser pour des situations qui « pourraient » potentiellement arriver.

Ça fonctionne peu importe votre âge ou votre statut social. Que vous soyez actif ou même retraité, si vous avez cinq projets (parfois plus) vous serez, à coup sûr, épanoui.

Par exemple: Récemment, j’ai rencontré un homme d’affaires très heureux qui, 1- s’occupe du développement de son entreprise, 2- prépare la construction d’un bloc appartement, 3- joue de la musique le weekend, 4- rénove son condo en Floride, 5- est nouveau grand-papa et s’occupe de sa progéniture une fois semaine.

En voici un autre: Je connais aussi une retraitée très heureuse qui: 1- fait du bénévolat une fois semaine à l’hôpital, 2- joue au golf chaque mercredi, 3-suit un cours à l’université, 4- rencontre son groupe d’amies chaque semaine, 5- siège sur le conseil d’administration de son immeuble à condo.

Je suis certain que vous connaissez aussi ce genre de personnes qui semblent avoir le bonheur facile. La réalité, c’est peut-être parce qu’elles ont appris à remplir leur vie de différents projets qui les stimulent.

Peu importe votre situation actuelle, si vous êtes trop préoccupé par ce qui pourrait vous arriver,  essayez donc le concept d’avoir cinq (5) projets en marche. Vous découvrirez que vous êtes plus près du bonheur que vous le croyez.

J’ai les miens (et même plus). Quels sont les vôtres?

Être entrepreneur!

Conférenciers Québec, Formation, Motivation et Team Building - Formax - Être entrepreneur!

En début de semaine débutait l’émission – Dans l’œil du Dragon. Pour une sixième saison, cinq entrepreneurs québécois, dont notre nouvelle conférencière Christiane Germain, rencontrent des futurs entrepreneurs qui viennent leur présenter, tour à tour, leur projet d’affaires dans le but de les inciter à y investir le maximum d’argent possible.

La formule plaît, c’est certain! Que ce soit par voyeurisme ou parce qu’on rêve de partir en affaires soi-même, le fait de voir des gens prendre leur courage à deux mains et se présenter devant les dragons et plusieurs centaines de milliers de téléspectateurs est assurément très inspirant. Même lorsqu’ils se font éjecter rapidement. En savoir plus

Des entrepreneurs, il n’y en a pas qu’au Québec. Vous voulez en savoir plus sur l’une des marques les plus connues au monde? Voici l’histoire peu banale de Phil Knight, le fondateur de Nike.

A peine sorti de sa « business school », le jeune Phil a une vision : il lancera son entreprise et importera aux États-Unis des chaussures de sport japonaises haut de gamme, mais à bas prix.

En savoir plus