Voir le potentiel ou les limites

Tout le monde connaît la vieille anecdote de la compagnie de souliers qui envoya, en Afrique, deux vendeurs pour développer le marché local.

Après une semaine, l’un deux déclara piteusement à ses patrons qu’il n’y avait aucun développement possible parce que « personne ne porte de souliers en Afrique », tandis que l’autre téléphona à ses patrons et s’écria avec enthousiasme qu’il y avait des possibilités remarquables parce que « personne ne porte de souliers en Afrique ». En savoir plus

Vie de motivateur… épisode 8

Petit samedi matin à la maison.Le premier en un mois. Même si j’adore mon métier, ça fait quand même du bien de prendre un peu de temps pour relaxer. Ce que je ferai d’ailleurs immédiatement après avoir fini cette chronique. Ce qu’il y a d’extraordinaire à être travailleur autonome, ce que tu travailles sans avoir l’impression de le faire.

Les gens blasés de leur travail ne pourront peut-être pas comprendre cette phrase, mais quand on aime ce que l’on fait, on a pas l’impression de travailler. Pensez à votre loisir préféré, que ce soit de bricoler sur votre voiture, faire du ski doo ou aller nager à la piscine, ça demeure une activité humaine et certains pourraient dire que ça ne leur tente pas de le faire alors que vous, vous vous y amusez.

C’est ça la différence entre le travail et le plaisir. Il faut s’y amuser.

Vous ai-je déjà parlé de l’ATA? Pour ceux qui seraient tentés de ne plus avoir l’impression de travailler  www.académiedutravailleurautonome.com