“Fail big”

Excusez le titre anglais, mais il n’est pas de moi. Il m’a été inspiré par un discours de Denzel Washington (oui, oui l’acteur) prononcé à des finissants universitaires il y a quelques mois.  (https://www.youtube.com/watch?v=tlY0PkWxCW8)

Honnêtement, il m’a beaucoup surpris. Je ne savais pas qu’il pouvait être aussi inspirant. Comme vous le verrez si vous cliquez sur le lien youtube, il prononce son allocution avec beaucoup de ferveur et je suis certain que les étudiants présents ont été très motivés par lui. Entre vous et moi, s’il parlait français, je le prendrais bien dans mon équipe de conférenciers ;-).

J’en reviens aux propos de M. Washington. Dans son allocution de huit minutes, il explique “ses” règles du succès. Pour avoir entendu beaucoup de discours de ce genre, les règles du succès, à part quelques variantes, sont souvent les mêmes d’un conférencier à l’autre. On ne réinvente pas la roue!

Cependant, M. Washington m’a surpris avec sa deuxième règle: Fail big! Qu’on pourrait traduire par: “Échoue en grand”, ou encore, tant qu’à échouer, fais-le en grand!

Ça peut sembler bizarre qu’un discours de motivation comporte ce genre de conseil lorsqu’on sait que toute notre vie, on souhaite ne pas échouer et on fait tout pour l’éviter. On se prépare, on planifie, on suit des cours, on se fait conseiller, on s’adjoint un coach et j’en passe. Tout ça pour ne pas échouer. Et M. Washington vient nous dire de le faire “en grand” à part ça.

Il est vrai, pour en avoir subit quelques-uns, qu’on apprend beaucoup d’un échec. Alors, si j’extrapole le raisonnement de M. Washington, petits échecs = petites leçons, moyens échecs = moyennes leçons et grands échecs = grandes leçons.

Sans le prendre au pied de la lettre et évidemment surtout pas au point de faire exprès pour échouer en grand, pour la simple raison d’apprendre plus, on peut en conclure qu’on ne devrait JAMAIS se décourager lorsque nous vivons un grand échec parce que, dans le fond, ça va nous faire avancer plus vite et plus loin.

Voilà la véritable leçon à retenir. La grandeur de l’échec n’est pas vraiment importante, puisque de toute façon, on apprendra quelque chose en proportion avec la grandeur de celui-ci.

En conclusion, je résume les propos de M. Washington par  l’allégorie de Jean-Marc Chaput. “Quand tu reçois un petit coup de pied au derrière, ça te fait avancer un peu, mais quand tu en reçois un gros, tu avances beaucoup plus”.

Bon succès!

 

Revenir aux blogues

Laisser un commentaire