Mais qui sommes-nous ?

Mon photographe m’envoyait hier soir nos photos du Symposium Direction Ventes qui avait lieu jeudi dernier au Collège Ahuntsic et je revivais le succès qu’il en est ressorti, encore une fois cette année.

La force de cet événement, dont Guy a eu l’idée il y a 6 ans déjà, est de présenter en conférence des hommes et femmes comme vous et nous, qui travaillent chaque jour au succès de leur équipe. Des gens ordinaires, mais extraordinaires, pas des conférenciers professionnels, mais des professionnels de leur domaine respectif. C’est exaltant de voir QUI se cache DERRIÈRE les succès de nos fleurons québécois et de les entendre nous partager leurs défis et leurs conseils. C’est ça qui est enrichissant.

Sur cette réflexion, je me suis demandée si VOUS saviez toujours qui se cache derrière la marque Formax? Guy, Myriam, moi… pour ne nommer que nous. Une histoire de famille. Et notre famille continue de s’agrandir, chaque mois. Des conférenciers, on en a vu plus qu’on est capable de vous en nommer. Pas tous vus encore par contre, ça se multiplie vite ces petites bêtes-là. Mais y’en a bien juste une trentaine aujourd’hui qu’on a envie d’appeler notre famille. On n’est pas JUSTE 38, on est une famille de 38 (j’ai enfin compté) ! Et même plus nombreux que ça quand on organise un de nos événements et que la famille au grand complet se déplace pour coordonner le tout avec nous. Si vous trouviez qu’on avait des airs de famille, c’était fort probablement le cas. Oncle, tante, cousin/e(s), frère, soeur, conjoint/e(s). Formax, c’est nous!

Vous, qui êtes-vous ?

S’épanouir ou s’évanouir?

Je ne sais pas si vous l’avez déjà remarqué, mais il y a une seule petite lettre de différence entre les deux mots de mon titre. Et une seule petite lettre qui en change complètement le sens. S’épanouir, s’éveiller, grandir, ressentir du positif, s’exalter, etc… Et s’évanouir, perdre conscience, disparaître, s’endormir, se laisser aller. Ce n’est quand même pas rien. En savoir plus

Tout ce qui se mesure s’améliore!

Anecdote. Lors d’une formation que je présentais à un groupe qui vend des produits durables d’une valeur de quelques milliers de dollars, je demande à un participant : Combien de ventes avez-vous fait la semaine dernière? Il me répond, je ne sais pas.

Je poursuis. Dans ce cas là, combien de prospects avec-vous rencontrés dans votre semaine? Réponse : Je ne sais pas, 10-15, je ne calcule pas. Je demande encore.  Combien de ventes pensez-vous faire dans le prochain mois? Réponse : le plus possible. Fin de l’histoire.

Plus tard dans la journée, j’ai eu l’occasion de demander au patron du groupe : À quel niveau performe ce vendeur à qui le hasard a fait que je lui pose ces questions? Réponse : C’est mon moins bon. Évidemment, je n’étais pas surpris du tout. En savoir plus

Les vertus du cold call

« Vous devrez faire de la sollicitation directe, du « cold call ».

C’était comme si je venais d’annoncer à ce candidat-vendeur que, quotidiennement, il devrait étendre dix voyages de terre à la petite pelle…

Cette scène se passait il y a vingt ans, lors d’une entrevue de sélection avec un candidat dont le CV vantait abondamment ses qualités de vendeur et de développeur. Il sembla très déçu et le mot est faible, lorsque je lui annonçai que le poste disponible consistait surtout à faire de la sollicitation directe.

En savoir plus

Visez le sommet!

Beaucoup de gens voient la vie comme une grande plaine où ils peuvent y passer leur vie. Ils y passent leur quotidien. Ils y travaillent, font leurs emplettes et toutes leurs activités à proximité dans cette plaine. Évidemment, ils veulent avoir un maximum de commodités et qu’elle soit la plus verdoyante possible. Mais tout se passe dans cette plaine. Bien sûr, certains d’entre eux voient bien la montagne qui se trouve au bout de la plaine, mais elle fait simplement partie du décor et ils ne s’y aventurent jamais. En savoir plus

L’envers de la médaille!

Si vous êtes comme moi, lors des deux dernières semaines, vous avez été captivé par les jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang. Et comme moi, vous avez sûrement été touché par les victoires de Mikael Kingsbury, Max Parrot, Kim Boutin, Tessa Virtue, Scott Moir et bien d’autres. Des médailles, il y en a eues. Vingt -neuf, de toutes sortes. Un record pour le Canada. Des sourires et des émotions, il y en a eu aussi beaucoup. Dans le visage des athlètes, de leur famille, des spectateurs et même des journalistes présents.

Qui dit “Jeux Olympiques”, dit victoires, défaites, beaucoup de bonheur et beaucoup de pleurs aussi.

Comme il y a toujours deux côtés à une médaille, toutes celles qui ont été gagnées, et les autres qui ne l’ont pas été, sont le fruit de beaucoup, beaucoup et BEAUCOUP de travail.

J’entendais les médaillés d’or Tessa Virtue et Scott Moir en entrevue et on pouvait sentir, dans leurs propos, les efforts énormes qu’ils ont dû investir durant quatre ans pour arriver où ils sont. Sans compter les sacrifices dans leur vie personnelle, les absences prolongées et éloignées de leur famille, la douleur physique et les blessures infligées à leur corps et l’incroyable pression qu’ils ont dû subir pour avoir cette fameuse médaille. Qui, soit dit en passant, aurait été les mêmes, même s’ils n’avaient pas gagné la médaille d’or.

C’est ÇA l’envers de la médaille!

Le succès gratuit et facile, ça n’existe pas. La victoire chanceuse, ça n’existe pas. Depuis que je tente de vulgariser les mécanismes qui mènent au succès, je suis toujours estomaqué lorsque je vois des gens qui “pensent” que la réussite est facile.

Ce n’est jamais facile et ça ne le sera jamais! C’est d’ailleurs ça qui donne tant de valeur à la réussite ou à la médaille.

Peu importe ce que vous faites, pour avoir du succès dans votre domaine ou pour demeurer au TOP (si vous l’êtes déjà), vous devrez déployer un nombre incalculable d’efforts, d’heures, de doutes à tasser, d’idées nouvelles à avoir et de nuits blanches à passer pour y arriver.

Vous pensez que c’est trop cher payé? Détrompez-vous. Demandez à tous ces médaillés. Dès qu’ils touchent à la victoire, tous les sacrifices et les efforts déployés s’oublient comme par magie.

La vie est bien faite finalement. L’humain garde toujours en mémoire le bon côté de la médaille.