SUR LA ROUTE : Entrevue avec Nancy Audet (Comment un enfant de la DPJ est devenu journaliste vedette dans les médias?)

Ce n’est pas tous les jours qu’on rencontre un adulte qui a été « enfant de DPJ »! En fait, probablement qu’on en rencontre souvent et qu’on ne le sait même pas. C’est le cas de mon invitée d’aujourd’hui, Nancy Audet. Elle est une enfant de la DPJ et elle l’a caché, jusqu’à tout récemment.

Vous la connaissez! Vous l’avez vue à la télé. Que ce soit à SRC, TVA ou TVA Sport. Vous l’avez vue aux Jeux olympiques et vous l’avez vu rencontrer et interviewer les grands athlètes de ce monde.

Jamais vous ne vous seriez douté que Nancy est une enfant de la DPJ. Dans son village de l’Abitibi, toute jeune, elle a été abandonnée par sa mère et hébergée en famille d’accueil. À l’instar de plusieurs enfants de la DPJ, elle a connu l’humiliation, les abus et le rejet. Il est impossible que ça ne laisse pas de traces.

Dans son livre qui vient de paraître, « Plus jamais la honte », elle relate avec véracité et émotion son long parcours de vie rempli de rechutes et de résurrections.

Malgré cela, elle est aujourd’hui une femme et une maman épanouie qui s’accomplit pleinement, autant personnellement que professionnellement.

Je lui ai demandé comment elle a fait pour se sortir de cette situation? Sa réponse est toute simple et puissante à la fois : Accepter la main tendue.

À plusieurs reprises, des gens lui ont tendu la main pour l’aider, mais son manque de confiance envers les adultes lui faisait refuser ces mains tendues.

C’est grâce à son rêve de devenir journaliste qu’elle a fini par accepter ces mains tendues. Tantôt d’une famille d’accueil, tantôt d’un patron qui voyait en elle une étincelle de succès, elle a, non sans effort, réalisé son rêve d’enfant.

Lorsqu’on lui parle de sa « résilience », elle parle plutôt de « résistance ». La résistance de ne PAS ACCEPTER son enfance comme étant une fatalité et un chemin de vie permanent et la résilience de devenir ce qu’elle est devenue.

Merci beaucoup Nancy Audet!

Revenir aux blogues

Laisser un commentaire